US ties to Saudi Arabia: Arrangement has visible signs of strains recently

[ad_1]

Finally, some good news for Europe. Breathless Europe received a lifeline. Le prince héritier et Premier ministre d’Arabie saoudite, Mohammed bin Salman, a joué un coup qui va tout bouleverser pour Biden. Tous les plans sans scrupules de Biden pour capitaliser sur la guerre en Ukraine vont maintenant se transformer en poussière.

Les États-Unis et l’Arabie saoudite ont établi des relations diplomatiques complètes en 1933, et l’accord d’assistance de défense mutuelle de 1951 a consolidé ces liens. Le principe fondamental de la relation était que les États-Unis fourniraient à l’Arabie saoudite la sécurité militaire en échange de l’approvisionnement constant en pétrole de l’Arabie saoudite, les prix du pétrole en dollars américains. Saudi Arabia has also supported US foreign policy initiatives around the world.

As a result, Saudi Arabia has seen its political and economic weight increase across the world. Avec le soutien des États-Unis, l’Arabie saoudite a tiré son pouvoir économique de l’approvisionnement en pétrole et de la principale confrérie musulmane. Therefore, from being a poor country, Saudi Arabia has risen to prominence as the greatest power in the Middle East.

Malgré leurs opinions contraires sur les droits de l’homme et le conflit arabo-israélien, les États-Unis et l’Arabie saoudite sont restés de solides alliés pendant plus de 70 ans. But, their arrangement has visible signs of strain lately.

Source: CBS News

So how has everything changed? It all started after the US presidential elections in 2008, when Obama was elected. The Obama administration’s JCPOA deal has strained Washington’s relationship with Riyadh. Riyad s’est rendu compte que l’accord menaçait son statu quo et que les tendances géopolitiques du Moyen-Orient se retourneraient contre lui en un rien de temps. De plus, l’accord mettait en danger à la fois son influence dans la région et sa sécurité personnelle.

Why? Parce que les Saoudiens considèrent l’Iran comme un rival sans barrières à la domination régionale, un rival qui peut enhardir davantage les populations chiites des monarchies du Golfe, y compris l’Arabie saoudite, à se rebeller contre leurs dirigeants sunnites. Pour mettre les choses en perspective, l’Iran est déjà considéré comme étant dominant en Irak et au Liban, s’accrochant à son allié en Syrie. In addition, Obama also threatened the presence of Saudi Arabia in Yemen which supports his government. He made concessions to the Iran-backed Houthis by pushing Riyadh to facilitate airstrikes.

Read more: Biden could start another war in the Middle East just to ruin peace talks between Saudi Arabia and Iran

And now Biden is pursuing the same policy as Obama. Une stratégie différente de celle du président américain Donald Trump, qui a accueilli l’Arabie saoudite et en a fait sa première destination étrangère après son entrée en fonction en 2017 et a renoncé à l’accord JCPOA avec l’Iran.

Biden a diabolisé l’Arabie saoudite tout au long de sa campagne présidentielle pour le meurtre de Khashoggi, journaliste du Washington Post et citoyen américain. After taking office in 2021, Biden distanced himself from the Saudis. Biden has continually sought to appease Iran in order to restore the JCPOA agreement. Son administration a également retiré les Houthis soutenus par l’Iran de la liste des terroristes et a même levé les sanctions de voyage imposées aux hommes du CGRI.

Joe Biden finds Mohammed Bin Salman but leaves empty-handed
Source: The World

La hausse des prix du pétrole a profité à la Russie, puisque Moscou devrait générer 321 milliards de dollars d’exportations d’énergie en 2022, soit une augmentation de plus d’un tiers par rapport à 2021. Le montant est suffisant pour financer son invasion of Ukraine. Il tire environ un milliard de dollars chaque jour de ses exportations de carburant.

Mais ses efforts ont échoué lorsque l’OPEP+ a récemment déclaré réduire la production de pétrole de 2 millions de barils par jour, ce qui soutiendra les prix, défiant ainsi la pression américaine. Cette décision changera les choses alors que les États-Unis se dirigeaient vers la réindustrialisation. The United States was taking advantage of high energy prices in Europe, which prompted many companies to move their operations to North America.

Read more:

But after the production cut, oil prices would soar in the United States, ending its leverage on low energy prices and putting a pause on the American economic recovery that had just begun to take hold. form. L’Europe se réjouirait de mettre fin à la désindustrialisation qui s’y déroule.

Cela nuirait gravement à Joe Biden à mi-mandat et il perdrait la majorité au Sénat et à la Chambre des représentants, le rendant édenté. Saudi Crown Prince Mohammed bin Salman attacked where it hurts the most, avenging all the humiliation suffered by Riyadh after the Democrats’ bonhomie with Tehran.

[ad_2]
Source link